La charte du site Notre équipe Plan du site Nous joindre Ecrire, participer Liens

CONTRE TOUTES LES DOMINATIONS

DecorationEspaces

DecorationThèmes

DecorationPenser par soi-même

DecorationFils rouges

DecorationPublications

DecorationChronique

Imprimer cet article

Sida

L'avis du CNS siffle la fin du tout préservatif

Un point de vue de l'association Warning.

Le Conseil National du Sida vient de rendre public son avis suivi de recommandations sur l'intérêt du traitement antirétroviral comme outil novateur de la lutte contre l'épidémie d'infections à VIH. Pour WARNING, cet avis marque un tournant positif dans la politique de prévention contre le VIH. En reconnaissant qu'en matière de prévention le risque zéro n'existe pas et que le traitement pris chaque jour par une personne séropositive est un outil de prévention à prendre en compte au même titre que le préservatif, le CNS s'est rapproché des réalités du vécu des personnes. Le CNS siffle donc la fin du tout préservatif.

Changement de cap : vers une prévention plus « réaliste »

Ce changement de paradigme dans l'approche de prévention devrait permettre de renouer le dialogue entre les médecins et leurs patients, entre le discours public de prévention et les populations touchées. De moins en moins de personnes écoutaient les conseils de prévention centrés exclusivement sur le préservatif et qui ne tenaient pas compte de leur vie sexuelle. En mettant en avant l'intérêt des traitements, les médecins pourront aider leurs patients à s'engager dans une démarche globale de soin. La promotion des traitements peut permettre que la maladie ne soit plus perçue à travers le prisme de peurs fantasmées mais recadrée dans une démarche banale de prise en charge thérapeutique et préventive.

Cette approche de banalisation présente plusieurs bénéfices importants. Elle ne peut qu'encourager la diffusion du dépistage, les gens n'ayant plus peur des conséquences d'un tel acte. Elle redonne confiance et estime de soi aux personnes et en particulier aux gays. Elle peut induire de façon efficace pour l'ensemble de la population une dédiabolisation des personnes séropositives qui ne seront plus perçues comme de graves dangers potentiels puisque séropositif ne rimera plus avec contaminateur potentiel. On peut attendre aussi une évolution de la situation vis-à-vis de la pénalisation de la transmission du VIH, comme c'est déjà le cas en Suisse.

L'avis du CNS insistant sur la nécessité d'accroître l'accès au dépistage, il nous parait logique et nécessaire d'envisager la vente libre en pharmacie d'autotests fiables et agréés, comme nous le préconisons depuis plusieurs années.

Par ailleurs, cet avis impose le besoin d'une grande campagne publique de prévention qui diffusera des messages prenant en compte ce nouveau paradigme afin de changer l'image qu'a la population générale des séropositifs.

Les modalités pratiques restent à définir

Warning interpelle la Commission sur les nouvelles techniques de prévention mise en place par madame Roselyne Bachelot sous la direction de madame France Lert et du professeur Gilles Pialoux ainsi que la Direction générale de la santé et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé pour qu'ils mettent en place des commissions de travail intégrant ce nouveau paradigme.

En partant de la base de travail proposée par le Conseil national du sida, il est maintenant nécessaire de définir plus précisément les modalités pratiques permettant aux personnes séropositives et leurs partenaires de choisir en toute liberté les stratégies les plus adaptées à leurs besoins. Les recommandations suisses publiées début 2008 définissent ces modalités pratiques pour que «les personnes séropositives ne souffrant d'aucune autre maladie sexuellement transmissible et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle». La plus grande association allemande de lutte contre le sida, la Deutsche AIDS-Hilfe, vient de faire de même. Il est donc possible de s'inspirer des réflexions menées à l'étranger pour prolonger l'avis du CNS dans sa dimension pratique.

Warning qui avait organisé dès 2005 une conférence internationale sur le thème "VIH et santé gaie, nouveaux concepts, nouvelles approches" et qui milite depuis longtemps pour l'intégration des nouvelles techniques de prévention, est prête à apporter sa contribution à un tel travail.