La charte du site Notre équipe Plan du site Nous joindre Ecrire, participer Liens

CONTRE TOUTES LES DOMINATIONS

DecorationEspaces

DecorationThèmes

DecorationPenser par soi-même

DecorationFils rouges

DecorationPublications

DecorationChronique

Imprimer cet article

Société

RADAR BUSINESS, un livre qui démonte les radars

Tous ceux et celles qui ignoreraient encore que la principale fonction des radars, au-delà du prétexte d’améliorer la sécurité routière et de préserver la vie des usagers de la route, est de remplir les caisses de l’Etat trouveront dans cet ouvrage de quoi leur ouvrir – enfin – les yeux.

Par exemple le constat que deux tiers des radars sont placés en dehors des fameuses zones à risques, qui se trouvent souvent sur des routes départementales et non sur des axes autoroutiers, encore moins, exemples que tout le monde connaît, au début d’un tronçon autoroutier rectiligne, large et en descente bizarrement limité à 110 kmh, quand ce n’est pas à 90 kmh… ou dans un tronçon routier urbain rectiligne, large, limité à 50 kmh… Or, 65% des accidents mortels ont lieu sur des petites routes en rase campagne.

Sur l’année 2011, les radars ont rapporté 630 millions d’euros à l’État, qui n’ont pas été tous réinvestis dans l’amélioration de la sécurité routière. De plus le système a profité à un certain nombre d’entreprises participant à la répression des dépassements de la vitesse maximale autorisée, telles que la Sagem, la Poste, Atos Origin, Positive. Sans oublier les vendeurs de voitures sans permis, les avocats spécialisés et les organisateurs de stages de récupération de points de permis.

Et ce n’est pas fini, puisque sont annoncés les premiers radars-tronçons qui vont calculer la vitesse moyenne entre deux points d’un trajet…

A quand le dispositif obligatoire de radar embarqué qui flashera son propre véhicule ? A quand l’automobile qui en cas de dépassement de la vitesse maximale autorisée se dirigera automatiquement vers le poste de gendarmerie le plus proche, après avoir verrouillé ses portes ?

Une chose est sûre : souvent au nom de la sacro-sainte sécurité et de la préservation de la vie, les zones qui échappent au contrôle ne cessent d’être réduites…

Radar Business, Denis Boulard, First Editions.