La charte du site Notre équipe Plan du site Nous joindre Ecrire, participer Liens

CONTRE TOUTES LES DOMINATIONS

DecorationEspaces

DecorationThèmes

DecorationPenser par soi-même

DecorationFils rouges

DecorationPublications

DecorationChronique

Imprimer cet article

Psychiatrie

Onze fois la maladie (SPK)

Texte paru dans le n°4 de Sans Remède, le journal qui ne défend pas la psychiatrie.

1 - La maladie est la condition et le résultat des rapports de production capitalistes.

2 - En tant que condition de rapports de production capitalistes, la maladie est force productive pour le capital.

3 - En tant que résultat des rapports de production capitalistes, la maladie est, sous sa forme développée de protestation de la vie contre le capital, force productive révolutionnaire pour les hommes.

4 - La maladie est la seule forme possible de « vie » sous le capitalisme.

5 - Maladie et capital sont identiques : l’intensité et l’étendue de la maladie augmentent à mesure que s’accumule le capital mort – mouvement qui va de pair avec la destruction du travail humain, appelée destruction du capital humain.

6 - Les rapports de production capitalistes impliquent la transformation du travail vivant en matériau mort (marchandise, capital). La maladie est l’expression de ce processus en perpétuelle extension centrifuge.

7 - En tant que chômage voilé et sous la forme des charges sociales, la maladie est le tampon des crises dans le capitalisme développé.

8 - La maladie sous la forme non développée, l’inhibition, est la prison intérieure de l’individu.

9 - Si on retire aux instances de l’appareil de Santé, l’administration, l’utilisation et la conservation de la maladie, et si celle-ci prend la forme de la résitance collective des patients, l’Etat doit alors passer à l’attaque et remplacer l’absence de prison intérieure des patients par de « véritables » prisons extérieures.

10 - L’appareil de Santé peut s’occuper de la maladie à la seule condition que le patient n’ait aucun droit.

11 - La Santé est une chimère biologico-fasciste qui a pour fonction de voiler la nécessité sociale de la maladie et sa fonction aux yeux des abrutisseurs et des abrutis de ce monde.

in SPK, Faire de la maladie une arme, ed Champ libre, 1973, p.17

Note : vous pouvez trouver le n°4 de Sans Remède, ainsi que les précédents, en lecture ou téléchargement sur le site internet sansremede.fr