La charte du site Notre équipe Plan du site Nous joindre Ecrire, participer Liens

CONTRE TOUTES LES DOMINATIONS

DecorationEspaces

DecorationThèmes

DecorationPenser par soi-même

DecorationFils rouges

DecorationPublications

DecorationChronique

Imprimer cet article

Société

La dérangeante mise en lumière de la secte Elan Vital

Nos articles précédents sur l'aliénation sectaire a d'ores et déjà suscité de nombreuses réactions et des échos inattendus. Il y aura des suites (judiciaires?).

Le 9 mai, le quotidien l'Humanité ouvre le ban d'une série d'articles dans la presse nationale sur Elan Vital et son gourou, Maharaji. Emilie Rive dénonce une secte où « le bonheur se paye cher ». Elle fait une place aux nécessaires réflexions sur les formes variées de manipulation mentale, dont l'aliénation sectaire constitue un condensé.

Quelques jours plus tard, Combat, le Réseau Voltaire et les anciens adeptes de la secte réunis autour du site Internet ex-premie.org annoncent l'arrivée du gourou, qui débute une tournée européenne. Ils interrogent : « Le gourou Maharaji peut-il séjourner dans l'espace Schengen ? ». Précisions : « Le gourou Maharaji doit, lors de ces congrès, mobiliser plusieurs milliers d'adeptes pour leur inculquer ses techniques de méditation sur fond de dons financiers « spontanés » d'ores et déjà sollicités par le biais des sites internet www.events.elanvital.org et www.elanvital.fr et par un serveur vocal situé aux Etats-Unis (00 1-408-907-4675). Ces contributions, fixées selon des documents internes de la secte à 600 francs, 750 francs ou 1200 francs, sont directement encaissées sur des comptes étrangers et échappent de fait à la TVA et aux obligations légales en vigueur dans la plupart des pays concernés. Une exposition doit favoriser le prosélytisme des disciples, en leur permettant d'acheter les «supports à offrir à ses amis», de trouver des « informations techniques sur les retransmissions par satellite» et les «opportunités de participer aux activités du mouvement » ».

Les trois signataires demandent que les pouvoirs publics concernés préviennent « le trouble à l'ordre public que représente le séjour du dirigeant d'une organisation sectaire internationale, en Europe et en France, et lui retirent son visa ; que les autorités concernées s'intéressent aux conditions du séjour de monsieur Rawat en Europe et en France et aux conditions dans lesquelles ses bagages pourraient échapper aux contrôles officiels à son arrivée comme à son départ. »

Deux jours avant le congrès, le Parisien traite de « la venue controversée du gourou d'Elan Vital ». Valérie Brioux et Nathalie Perrier présentent la philosophie du mouvement et la fortune de son dirigeant, faisant référence à notre "enquête approfondie". L'Humanité revient à la charge sous le titre "Secte Business", le 25 mai, avec un interview de Jean-Michel Kahn, ancien administrateur du mouvement et aujourd'hui tête de pont de la fronde des anciens adeptes.

Au Palais des Congrès de Versailles, le lendemain, moins d'un millier d'adeptes se réunissent. Prévue dès samedi matin et pour durer jusqu'au dimanche après-midi, la présence du gourou se réduit finalement à une heure. Selon nos informations, la présence de la Police de l'Air et des Frontières et celle des Douanes à l'aéroport d'arrivée de Maharaji a en fait motivé , au dernier moment, un changement du plan de vol du gourou. Le staff d'organisation rassure les disciples, « Maharaji, de toutes façons, est toujours avec nous ! » » ».

La mise en pleine lumière de la secte, par exemple sur France Inter, France info et BFM le jour même, est dans bien des têtes mais l'expo 2001 d'Elan Vital tourne à bon régime : on dépense ses économies à acheter les cassettes vidéos et audio du gourou, sa photo ; on s'informe sur le recrutement de bénévoles ; on prend contact avec les représentants régionaux d'Elan Vital ; on s'informe sur grand écran du réseau Internet autour de Maharaji ; on se procure les documents pour se rendre dans les autres congrès européens, à Barcelone notamment.

Sans que le texte en soit porté immédiatement à la connaissance des adeptes, Elan Vital publie le même jour un communiqué dénonçant des attaques diffamatoires de la part d'une « certaine presse écrite et audiovisuel-le ». L'association y explique notamment que « Maharaji est un conférencier indépendant qui enseigne une méthode d'épanouissement personnel fondé sur la connaissance de soi », que « le congrès de Versailles de même que toutes les activités organisées par Elan Vital, association à but non lucratif, est financé exclusivement par des dons qui ne constituent aucunement une condition d'accès à la conférence », que « Maharaji ne tire aucun revenu de ses activités de conférencier » et que « chacun peut poursuivre cet enseignement le temps qu'il veut, abandonner quand il le souhaite et y revenir à son gré ».

France 2, en tout cas, ne semble pas convaincue par la prose du président d'Elan Vital en France, Jean-Paul Bibérian. Au journal de 20 heures, le 27 mai, un reportage d'Anne Guéri montre une scène qui vaut tous les discours : deux adeptes, en réponse à une question sur le caractère sectaire d'Elan Vital, se voient "inviter" par un homme du staff d'Elan Vital de clore l'entretien et une représentante de l'organisation dûment habilitée prend le relais. Ce n'est pas tout. Le Figaro du 28 mai rend compte de cette affaire, alors même que France musique et France culture donnent la parole à un ancien adepte qui raconte son itinéraire : 20 ans dans Elan Vital, amoureux du gourou.

Entre temps, un droit de réponse de Management & Performance nous parvient, d'anciens adeptes prennent contact avec nous, témoignant de leur expérience de ce mouvement dans lequel ils ont mis, pour la plupart, beaucoup de foi et d'espoir avant d'être déçus. Sur le forum Internet des anciens adeptes aussi, les échanges sont nourris.

Prochaines étapes dans les jours qui viennent, puisque le gourou Maharaji poursuit sa tournée en Europe, ouvrant son congrès anglais aux enfants, à partir de huit ans, et qu'Elan Vital organise une projection vidéo à la Maison de l'Europe à Paris. Les députés et les autorités concernées s'en saisiront-ils avant ? Que donneront les investigations menées - dit-on - par les services fiscaux et ceux qui sont en charge, selon les termes de la loi adoptée au Parlement, d'aider les personnes en situation de sujétion ?

Enfin, Elan Vital entend, paraît-il, engager des poursuites (en diffamation ?) contre Combat, ce dont chaque lecteur serait immédiatement informé sur notre site Internet.